Insolite : quand les bâtiments déménagent… ça déménage !

Pour des raisons historiques, géographiques ou par simple folie, il arrive que ce soit les bâtiments eux-mêmes qui déménagent ! De la Marble Arch aux maisons de milliardaires, découvrez ces quelques bâtiments qui ont poursuivi leur vie après un déménagement d’envergure.

Reconstruire pour déplacer

L’un des déménagements de monuments les plus mémorables restera probablement le temple d’Abou Simbel en Egypte. Menacé par les eaux du lac Nasser, artificiellement construit derrière le barrage d’Assouan, le temple bâti par Ramsès II fut alors démonté pierre par pierre (ces dernières étant numérotées) par l’UNESCO pour être déménagé 60 mètres plus haut.

Notons aussi que, moins impressionnante mais tout aussi symbolique, la Marble Arch de Londres, initialement installée à l’entrée de Buckingham Palace, fut entièrement démontée puis déplacée sur son lieu actuel près d’Hyde Park.

Côté habitations, plusieurs propriétaires fortunés ont, à travers les époques, décidé de déménager leurs propriétés en même temps que leurs cartons, à l’image de Thomas Williams qui décide en 1925 de déplacer l’entière « Agecroft Hall » d’Angleterre en Virginie (Etats-Unis), par simple caprice. Plus à la peine, le magnat de la presse William Randolph Hearst essaya la même année de transporter les ruines de deux monastères cisterciens abandonnés trouvés en Espagne vers sa résidence californienne. Les douanes lui réclamant une somme considérable pour accepter le transport du premier monastère, Hearst dut y renoncer après avoir perdu une partie de sa fortune durant la crise de 1929. Son deuxième essai fut plus fructueux, puisque les ruines du second monastère parvinrent jusqu’en San Francisco. Mais Hearst ne réussit pas à reconstruire l’édifice qu’il finit par céder à la ville ; les pierres du bâtiment sont désormais des éléments de décoration du San Francisco Botanical Garden.

Agecroft Hall

Le record du monde

Certifié par le Guiness Book des Records, le déplacement du Fu Gang Building en 2004 reste la performance la plus impressionnante car n’exigeant aucun démantèlement : l’édifice classé « monument historique » (datant de 1935, de style britannique) ne souhaitait pas être détruit par la mairie, qui venait de décider la modernisation du quartier. Une société chinoise géra alors le déplacement de l’immeuble, à raison de 30 cm par heure, pour 11 jours de transport des 15 000 tonnes de la structure.

Fu Gang Building